Shalom Ukraïna

En 1939, les Allemands sont aux portes de la ville de Lviv – alors en Pologne (située dans l’actuelle Ukraine de l’ouest). La cité tombe finalement le 22 septembre aux mains de… l’Armée Rouge, qui, conformément au pacte germano-soviétique, envahie la Pologne par l’Est.

Entre 1939 et 1941, l’Union Soviétique annexe d’immenses territoires s’étendant de la Mer Baltique à la Mer Noire. S’en suit à Lviv un schéma commun à tant de villes dans cette partie de l’Europe : le régime mis en place dissout toutes les associations, emprisonne, déporte ou élimine “l’intelligentsia”, la bourgeoisie et toute personne potentiellement résistante au soviétisme (professeurs, leaders politiques…).

En 1941, Hitler envahit l’Union Soviétique, c’est l’opération Barbarossa. Le NKVD (police politique soviétique), assassine plusieurs milliers de prisonniers politiques avant de fuir devant l’arrivée de la Wermacht, laissant d’immenses charniers dans les prisons de la ville.

 

Shalom Ukraïna - Matthias Crépel

Occupation soviétique – 1939-1941

 

L’arrivée des Allemands se fait donc sur l’explosion de pogromes contre les Juifs, accusés d’avoir été complices des assassinats du NKVD, alors même qu’un tiers des victimes étaient des leurs (schéma typique reproduit dans de nombreuses villes de toute cette région de l’Europe). Cette arrivée théâtrale des conquérants, savamment orchestrée par les nazis, impliquant des milices locales zélées (ici composées de nationalistes ukrainiens), est la première étape du génocide des Juifs, mise en place par les nazis entre 1941 et 1944. S’en suivent la catégorisation des Juifs de Lviv (enregistrement, étoile de David…), la destruction des lieux de culte, la création d’un judenrat (conseil juif – organe composé de juifs forcés à supplanter les nazis dans certaines tâches de l’organisation du génocide de sa propre communauté), l’expropriation des Juifs et la spoliation de leurs biens, leur ghettoïsation, les camps de concentration, et la déportation ou pour une grande majorité dans cette région, l’assassinat systématique par balles, sur place ou en dans la campagne avoisinante.

Dès le tournant de la guerre, début 1942, et suite aux découvertes de Katyn, les nazis entreprennent d’effacer toutes traces de leurs crimes de masse. Des commandos spéciaux, essentiellement composés de prisonniers juifs, sont acheminés sur tous les lieux d’exécutions et chargés d’ouvrir les fosses communes et de brûler les corps. C’est l’Opération 1005. En bordure de la ville de Lviv, la forêt de Lysynytchi compte les cendres de près de cent mille Juifs, mais aussi des Italiens et des prisonniers de guerre soviétiques, assassinés pendant la guerre par les Nazis.

 

Pogromes

Pogromes

 

Catégorisation

Catégorisation

 

Destruction des lieux de cultes

Destruction des lieux de cultes

 

Judenrat

Judenrat

 

Expropriation et spoliation

Expropriation des Juifs et spoliation de leurs biens

 

Ghettoïsation

Ghettoïsation

 

Camps de concentration

Camps de concentration et exécutions par balles

 

Opération 1005

Opération 1005

 

Le 27 juillet 1944, l’Armée Rouge reprend la ville de Lviv. Sur les 135 000 Juifs y habitant à la fin des années 30 (35% de la population), seuls quelques 600 auront survécu sur place, souvent se cachant, grâce à l’aide de Polonais et Ukrainiens.

Il reste aujourd’hui peu de trace de cette période, tant physique, que dans la mémoire des habitants de Lviv. La tentative d’effacer ces crimes des nazis sera aussi sciemment prolongée par une politique de l’oubli au profit d’une interprétation soviétique de la “grande guerre patriotique”, de 1944 à 1991. En 2012, on compte environ 1500 Juifs à Lviv, pour une ville de près de 800 000 habitants.

 

Les coulisses de ce travail :

De 2009 à 2012, j’ai mené une enquête sociale et historique pluridisciplinaire sur l’histoire de la communauté juive de L’viv, retraçant son évolution sur le tout le XXème siècle. Ces montages de photos d’archives et actuelles, nourris de 8 mois de recherches sur place, de lectures et d’interviews de témoins, sont une réflexion personnelle sur les principales étapes qui ont conduit à la disparition des Juifs de Lviv, de 1939 à 1941.

Cette série se compose de 9 tirages direct sur dibond de format 60×90 cm.